projet resistance

#PROJET RÉSISTANCE

Notre plus bel été

Le Projet Résistance, c’est 30 artistes en tournée qui utilisent des attelages de chevaux pour se déplacer sur les chemins des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse. 14 adolescents, les comédiens de la compagnie de théâtre La Naïve, les musiciens du groupe Valmy, les techniciens et les animateurs qui ont parcouru la Région, du 7 au 24 juillet 2017, afin d’offrir la pièce Un autre 11 novembre et le concert Le Bal des Révoltés dans les villes et villages du Vaucluse et des Bouches du Rhône. L’ensemble a fait l’objet d’un documentaire, intitulé À Petits Pas sorti le 11 novembre 2017.

Le Bal des Révoltés, Chœur de la tournée
Le Bal des Révoltés est né d’une question : que reste-t-il quand les pages de l’Histoire se tournent ? Que reste-t-il après les révoltes, les révolutions ? Parfois des avancées fondamentales pour les droits humains, parfois pas grand chose.
En revanche, il reste toujours des œuvres artistiques, des peintures, des grands textes, des chansons : Le Chant des Partisans, Le Temps des Cerises, London Calling, Bella Ciao, L’Estaca, Ni Dieu ni Maître… Toutes ces chansons ont une histoire dans l’Histoire. Toutes ces chansons sont les piliers artistiques de notre culture populaire. Nous avons décidé de les chanter, nous La Naïve, accompagnés du groupe Valmy, 24 chansons elles-mêmes engagées.
Ainsi, pendant la tournée, le théâtre laissera place à la musique pour un concert rock, populaire et festif. Une sorte de bal autour de l’histoire…
Le Concert des Révoltés, ce sont 10 esprits libres, engagés sur le front de la chanson populaire sur un rythme endiablé : ça a dansé, ça a chanté, la fête a été belle…

Un autre 11 novembre, la pièce
11 novembre 1940. Dans un lycée. Une troupe d’adolescents répète
Le Misanthrope de Molière. C’est alors que Jacques perturbe la séance, en venant lire un message clandestin les invitant à aller se recueillir sur la tombe du Soldat inconnu malgré l’interdiction officielle des autorités.

J’ai écrit cette pièce en 2005 pour les élèves d’un atelier de théâtre. Mon idée était de mettre en scène des actes de résistance imaginaires, drôles, à la portée d’un enfant et les faire se percuter à l’impitoyable tristesse de véritables lettres de jeunes résistants, écrites quelques instants avant leur exécution. A la dernière représentation de mes élèves, une fois la salle vide, un vieux monsieur, trop ému pour quitter son siège, m’a annoncé que la première lettre lue dans le spectacle avait été écrite par son meilleur ami, Lucien Legros. Je venais de rencontrer Michel Agnellet, plus jeune engagé volontaire de la résistance (13 ans et quatre mois), membre du Front national de lutte pour la libération et l’indépendance de la France, membre du réseau Valmy et camarade de résistance des 5 martyrs du lycée Buffon. 
Jean-Charles RAYMOND